Lu dans "A travers le monde" p. 414 publié chez Hachette en 1895

.. Depuis l’inondation du 11 octobre 1745 qui détruisit presque de fond en comble la ville de Bédarieux, on a enregistré, à des intervalles irréguliers mais fréquents, des crues subites et désastreuses : en 1760, 1776, 1813, 1827, 1854, les récoltes ont été détruites, les champs ravinés, des animaux et des hommes ont péri. Le 29 octobre 1860 des immeubles ont été englouti dans les environs de Clermont et l’on compta des morts. En septembre 1857 il y eut 96 maisons emportées, 26 éventrées et 87 victimes, sans compter les autres pertes matérielles. Les récentes inondations ont causé la mort de 11 personnes et ruiné tout le vignoble… … Indépendamment des inondations de 1875, on a conservé dans l’Hérault le souvenir d’averses d’une intensité exceptionnelle. Le 11 octobre 1862, une averse donna à Montpellier 233 mm d’eau en 7 heures, soit une moyenne de 33 mm à l’heure ; dans la même ville, le 23 août 1867, une nouvelle averse donna en une demi-heure 29 mm ce qui correspond à une intensité de chute de 58 mm l’heure ; toujours à Montpellier, le 29 août 1883, une averse d’un quart d’heure donna 18 mm, 5 ce qui fait une intensité de 74 mm à l’heure. A Cette, en 1875, on recueillit en 4 heures 410 mm soit 102 mm à l’heure ; à Lodève, en 4 heures, 422 mm. Soit un peu plus de 105 mm par heure ; à Saint-Martin-de-Londres, en 5 heures, 507 mm...