Lu dans "Répertoire universel et raisonné de jurisprudence" de 1813, page 181.

"Mesures des longueurs : On met encore au nombre des mesures de longueur, celles dont on se sert à mesurer les étoffes de soie, de laine, etc... les toiles, les rubans et autres semblables marchandises. A Paris et dans la plupart des provinces ont se sert de l'aune.............. La canne est la mesure du haut et du bas-Languedoc, principalement de Montpellier et de Toulouse, ainsi que de Marseille et de la Provence, de la Guyenne, du Comté Venaissin, etc... la canne de Toulouse et de tout le bas Languedoc, même de quelques villes de Guyenne, de Montauban, d'Agen contient cinq pieds cinq pouces six lignes, qui font une aune et demie de Paris ; ainsi deux cannes de Toulouse font trois aunes de Paris. Elle se divise en huit pans. A Montpellier et dans tout le bas Languedoc, à Avignon et en Dauphiné, la canne à six pieds neuf lignes de longueur ; ce qui fait une aune et deux tiers de Paris. Cette canne se divise aussi en huit pans ou palmes.

Mesures des liquides : à Montpellier, la charge d'huile d'olives est composée de 4 barals qui pèsent ensemble à Paris deux cent quatre-vingt livres.

Mesures de grains : 100 setiers de Montpellier font 35 setiers de Paris".