Généalogie Bringuier-Sanchez

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, avril 22 2013

Lundi 22 avril : S comme .... Sanchez

Sanchez était le nom de famille de ma grand-mère Ernestine.

Je ne connais pas grand chose de l'origine des Sanchez. Le premier dont j'ai connaissance est Pascal (le grand-père d'Ernestine). Il a eu la mauvaise idée de ne pas se marier avec Céleste, la mère de ses enfants. Je ne sais de lui que les quelques mots livrés par les actes de naissance : son âge, sa profession, qu'il ne savait pas signer, sa "qualité" de réfugié espagnol (?).

Je suis sa trace au fil des recensements : je suppose qu'il est arrivé à Vendémian après 1841 car il ne figure pas sur celui de cette année. Les informations des recensements suivants font un peu sourire et n'aident pas à situer l'âge de Pascal : en 1856, il a 50 ans, en 1866, 57 ans, en 1872, 58. Raaahhhhh !! Le champ de recherche reste très large.

Il eu un fils, Pascal, le père d'Ernestine. Le premier Pascal était cultivateur, le second fut maréchal-ferrand. Il était habile de ses mains puisque c'est lui qui fabriqua le berceau familial qui suit chaque naissance depuis. Un berceau classique avec des petits barreaux, des pieds qui permettent de balancer et l'inévitable bec de cygne qui permet d'accrocher un voile que l'on referme autour du lit. Chaque génération prend grand soin du meuble et le transmet à la suivante. Ma mère a conservé le voile qu'elle avait cousu pour ma naissance et l'a ajouté au paquet que je transmets à mes enfants.

Pascal épousa Philomène (j'adore ce prénom !), ils eurent 5 enfants dont des jumeaux. Ceux-ci décédèrent en bas âge, il ne resta que Ernestine, sa sœur et son frère. C'est grâce à celui-ci que le patronyme Sanchez passa à la génération suivante mais je ne sais si cela se répéta, je n'ai connaissance que de deux filles pour ce grand-oncle.

Le cimetière de Vendémian abrite la tombe du second Pascal Sanchez, mon arrière grand-père. Ci-dessous, une photo prise avant une opération de réhabilitation (nous en faisons régulièrement pour redorer les inscriptions qui ne résistent pas à la chaleur méridionale).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

6_G3_Sanchez_Pascal_signature.jpg

vendredi, avril 19 2013

Vendredi 19 avril : Q comme .... Querelles

Querelle (définition) : n.f Contestation, démêlé, dispute mêlée d'aigreur et d'animosité.

Je n'ai pas d'exemple de querelle dans ma généalogie mais deux ancêtres dont le patronyme est Querelles. Étonnement, les deux, Firmine et Françoise, ont épousé toutes les deux des Bringuier, respectivement Marc et Pierre (c'est ce dernier qui m'a transmis son patronyme).

Cela me fait sourire car j'imagine que le patronyme, Querelles, est en rapport avec le caractère de la porteuse. J'ai un peu de mal à l'imaginer gentille et aimable. De son côté, Bringuier, vient de Beringari, nom d'origine germanique : bérin = ours + gari = prêt pour le combat).

Bringuier + Querelles : quel attelage !!

mardi, avril 16 2013

Mardi 16 avril : N comme .............. Nougaret

Nougaret est un patronyme très présent à Vendémian, berceau de ma généalogie.

Le premier Nougaret, Jean dit "le Provencal", boucher de son état, s'installa à Vendémian vers 1639. Ce n'est pas pour la qualité de sa viande qu'il est connu mais pour avoir apporté dans le village une affection oculaire appelée "héméralopie de Nougaret".

L'héméralopie désigne un affaiblissement important de la vision dès que la lumière diminue d'intensité. Dans sa version "classique", elle est la conséquence d'une grave carence en vitamine A. Celle dit "de Nougaret" est d'origine congénitale et héréditaire. Depuis Jean Nougaret, la maladie s’est transmise durant neuf générations, affectant au total 134 de ses descendants.

Ci-dessous, la généalogie nougarienne extraite de "Histoire d'une héméralopie héréditaire depuis deux siècle, dans une famille de la commune de Vendémian, près de Montpellier" de Florent Cunier médecin militaire, publiée en 1850.

Hemeralopie_genealogie-1.jpg

Cette publication est accessible en ligne

jeudi, avril 11 2013

Jeudi 11 avril : J comme .............. Jean et Jeanne

Jean, un joli prénom, plus tellement usité de nos jours même s'il revient à la mode, que je retrouve 182 fois dans ma généalogie. Il représente 9 % des prénoms et reste le plus utilisé.

Après les très classiques Jacques, Antoine, Marie, Marguerite, etc... je retrouve également des Jean (heureusement, les noms propres ne prennent pas la marque du pluriel, nous échappons à Jeans !) avec toutes les variantes du prénom : Jehan, Jean-Louis, Jean-Gabriel, Jean-Jacques, Jean-François....

Evidemment, j'ai plusieurs branches avec un Jean père d'un Jean qui a eu un Jean père d'un autre Jean. Sans oublier qu'en raison de la forte mortalité infantile, tous ces Jean ont eu plusieurs Jean et on voit bien que le Jean-prénom composé arrive quand le Jean-tout simple est vivant à la naissance du garçon suivant.

Lu sur Famili.fr "C'est l'un des prénoms les plus portés dans tous les pays occidentaux depuis le Moyen Âge. Il est, à la fois, le nom du cousin de Jésus, Jean le Baptiste, et celui de son apôtre préféré, Jean l'Évangéliste. Cette double référence religieuse explique sa diffusion exceptionnelle, sous de nombreuses graphies différentes : Evan, Giovanni, Hans, Ivan, Jehan, Joan, Johan, John, Jean, Yann, etc. Près de trois cents saints, vingt-trois papes, sept empereurs d'Orient, des dizaines de rois ont illustré ce prénom fondateur, partagé par d'innombrables écrivains, peintres, musiciens, savants et philosophes. Jean est sans doute en France, au XIVe siècle, le prénom masculin le plus usuel et sa prééminence durera au moins jusqu'au milieu du XIXe siècle. Après une très relative décrue, il reprendra sa première place de 1910 à 1940 et c'est seulement depuis cette date que son règne est contesté. Une contestation un peu embrouillée, du reste, en raison du succès des prénoms doubles composés à partir de Jean : si on les additionne tous, Jean figure encore aujourd'hui dans le peloton de tête. Il garde même la première place si l'on tient compte des versions étrangères, de plus en plus courantes en France aujourd'hui."

Jeanne, un fort joli prénom également qui, même s'il est porté par de nombreuses femmes (125) ne parvient pas à dépasser l'indémodable Marie porté par 244 de mes ancêtres. Etonnement, aucune Jeanne-Marie. Et toujours sur Famili.fr "Jeanne a très tôt connu une très grande popularité. En France, en particulier, dès le Moyen Âge, aux XIVe, XVe siècles, il devint le prénom féminin le plus répandu, et le demeura plusieurs siècles avant de se faire dépasser par Marie. Ce succès s'étendit à d'autres pays, en Angleterre, par exemple, sous la forme de Jane et de Jean, en Italie, sous la forme de Giovanna, en Espagne sous la forme de Juana et de Juanita mais la France, cependant, est demeurée la terre d'élection de Jeanne. Cette diffusion exceptionnelle a persisté jusqu'au milieu du XXe siècle : avec son diminutif Jeannine, Jeanne figure au palmarès des prénoms féminins, parfois à la première ou à la deuxième place, tout au long des cinq premières décennies du siècle. Sa chute ensuite fut assez rapide mais toute relative. Il y a six saintes Jeanne au calendrier de l'Église catholique. "

mercredi, avril 10 2013

Mercredi 10 avril : I comme ......... In memoriam

Locution latine qui signifie "à la mémoire de". Mention apparaissant sur des monuments dédicatoires ou figurant en tête ou en fin d'œuvres de toutes natures (livres, écrits divers, films, etc.) et dédiant l'ouvrage à une personne défunte.

Je dédie mon travail de recherche à toutes celles et tous ceux qui m'ont précédé et, en premier lieu, à mon père sans qui, comme l'on dit aux remises de récompenses, rien n'aurait été possible.

1_G1_Bringuier_Georges_identite.jpg

vendredi, avril 5 2013

Vendredi 5 avril : E comme ............ Ernestine et Eloïs

Mes grand-parents : Ernestine Sanchez et Eloïs Bringuier. En langage généalogique, ce sont les SOSA 2 et 3 de mon arbre. Sur la photo ci-dessous, prise en 1915, ils ont respectivement 38 et 42 ans et sont photographiés avec 2 de leurs 3 enfants : Georges, né en 1907, et Fernande, née en 1901.

photos01.gif

Ernestine est née 26 février 1877 à Vendémian, Eloïs le 16 novembre 1873 également à Vendémian.

Ernestine a grandi, avec ses frères et soeurs, chez ses parents, Pascal qui était forgeron et Philomène. Eloïs, lui, était le fils unique de ses parents, sa mère est décédée quand il avait 6 ans.

Ils se sont mariés le 28 juillet 1900. La mémoire familiale dit qu'ils sont partis en voyage de noce à Palavas-les-Flots à une trentaine de kilomètres. L'histoire ne dit ni comment ni combien de temps.

Sanchez Ernestine signature.gif

Bringuier Eloïs signature

mardi, avril 2 2013

Mardi 2 avril : B comme ..... Bringuier

Bringuier est mon nom de famille. Pour la branche généalogique dont je fais partie, il semble que je serai la dernière : mon père n’a eu que deux filles, je suis la numéro 2. J’ai des enfants mais les règles relatives au nom de famille étant ce qu’elles sont, il n’y aura plus aucun « simples » Bringuier après moi. Néanmoins, le patronyme n’est pas encore totalement éteint puisque mes enfants ont choisis de l’accoler à leur « vrai » nom de famille.

Etonnement, ce n’est pas la branche Bringuier qui est la plus avancée dans mon arbre généalogique.

Le premier Bringuier dont j’ai connaissance s’appelait Pierre. Je suppose, sans aucune certitude, qu’il était né à Saint-Pargoire (Hérault) car ses enfants y sont nés. La seule chose que je sais de lui c’est qu’il est décédé après 1738.
Je lui connais 7 enfants. Mon ancêtre, Barthélémy est l’aîné, marié et décédé à Saint-Pargoire. Barthélémy aura 14 enfants. Je descends du 6ème , un autre Pierre dont je connais 9 enfants. C’est Michel, le quatrième, qui continue mon ascendance en 1779. Il n’aura que deux enfants car il est mort à 31 ans. Son fils aîné, Michel, né en 1807, a fait 7 km pour installer la généalogie à Plaissan. Comme souvent, ce « déménagement » est la conséquence d’un mariage. En 1844, Michel épouse Catherine, native de Plaissan. Ils auront 7 enfants dont mon arrière grand-père, Auguste, leur 5ème enfant.

C’est la femme d’Auguste, Anaïs Brun, qui se chargera d’opérer le transport suivant de la généalogie en allant accoucher chez ses parents. C’est ainsi que ma branche de Bringuier arrive à Vendémian avec la naissance d’Eloïs, mon grand-père, en 1873. Il restera à Vendémian après son mariage avec Ernestine, ils auront 3 enfants, tous nés dans ce même village, dont mon père Georges.

Pierre, Barthélémy, Pierre, Michel, Michel, Auguste, Eloïs, Georges et moi .... presque un titre de chanson !

lundi, avril 1 2013

Lundi 1er avril : A comme .............. Appel

La tentation était grande de de débuter ce challenge par Avril puisqu’il se déroule pendant tout ce mois et « dérouler » m’aurait permis de débobiner un familial fil rimant avec « avril ». Le mot « Ancêtre » m’a fait également quelques signes pour que je le remarque mais comme il était un peu caché sous les feuilles de « Arbre », j’ai fait celle qui ne le voyait pas.

Mes Ancêtre sont donc là, ce 1er Avril, chacun sagement assis sur une feuille de notre Arbre généalogique commun. Lequel ou laquelle avait un patronyme ou un prénom commençant par un A ? Habitait un lieu s’appelant A…… ? Il y en a-t-il un qui aurait été Apothicaire, Apiculteur, Aviateur ? Etaient-ils Apolitiques ? Anarchistes ? Ah, toutes ces interrogations qui me hantent au sujet de mon Ascendance ! Au fil des Ans, j’y réponds au hAsard de mes découvertes, chacune d’elles est un immense plaisir que je partage avec ma descendance et mes collatéraux dont je parlerai peut-être les 3 et 4 avril. La seule chose que je ne connaitrai jamais sera leur visage. J’ai, bien sûr, des photos de tous ceux qui sont nés à une époque où la photographie existait mais j’adorerais connaître le visage, l’allure de tous les autres. Etaient-ils grands, petits ? les cheveux, bruns, blonds ? Comment se tenaient-ils ? Quels vêtements portaient-ils ?

C’est pour avoir une réponse à toutes ces questions que lorsque j’entrerai au Paradis, je passerai la porte avec mon arbre généalogique sous le bras et qu’immédiatement je ferai l’Appel.

arbre_ascendant_simple.gif